ADOPTER UN PODENCO

 

BAMBI PODENCO 7 ANS

BAMBI PODENCO 7 ANS

 

 

Le PODENCO, cousin du GALGO, est aussi classé comme lévrier et  est au même titre que le galgo utilisé pour la chasse, et tout comme le galgo il subit les mêmes sévices…

PODENCO D’IBIZA

Avec ses grandes oreilles dressées, sa tête sculptée, le podenco ibizenco ou lévrier des Baléares est l’une des races méditerranéennes les plus impressionnantes. Enjoué, athlète élégant, sensible et très affecteux, le podenco d’Ibiza est modérément grand (M 60-66 cm, 22 kg/ F 57-63 cm, 19 kg). Il est élevé pour la chasse au petit gibier principalement (à la vue, à l’ouïe, et à l’odorat). Ce chien de type lévrier bien que classé dans le groupe 5 (chiens primitifs) contredit la piètre opinion répandue quant à l’intelligence des lévriers. En plus de son intelligence qui ravira les amateurs de sports canins, sa très grande loyauté envers son maître, sa patience avec les enfants, son caractère « facile » en font un chien idéal dans un cadre familial. Il peut cependant se montrer méfiant à l’égard d’étrangers mais pas vraiment timide. Les podencos à l’adoption ont bien sûr souffert. Il faudra donc parfois un peu de patience pour lui rendre sa confiance naturelle, mais il est dès le départ dépourvu de toute agressivité envers l’humain, bien au contraire. Le podenco ibicenco se distingue par sa grâce extraordinaire. Il fera la joie de l’esthète qui ne se lassera jamais d’admirer les virevoltes de son « Noureev » canin.

L’origine de la race reste mystérieuse. Elle est très ancienne : des restes momifiés et des oeuvres d’art égyptiennes représentent ces chiens déjà prisés par les Pharaons. Des artefacts retrouvés dans des tombes datant de 3000 ans avant J-C montrent des chiens morphologiquement identiques au podenco mais disparus aujourd’hui d’Egypte.

Traditionnellement originaires des Iles Baléares (Ibiza), ces chiens y auraient été amenés par des marchands carthaginois ou phéniciens en provenance d’Egypte entre 800 et 600 ans avant J-C.

Dans sa terre d’origine (Baléares), la race a été préservée jusqu’aujourd’hui, le résultat de conditions de vie très difficiles et d’une sélection très rigoureuse des plus aptes à la chasse…Encore aujourd’hui, ces chiens restent des outils de travail ( chasse ). Comme les galgos, ils n’ont pas le statut d’animal de compagnie en Espagne. Et c’est bien là le problème car quand ils ne sont plus/pas aptes à chasser, galgos et podencos subissent un sort terrible ; avec une circonstance aggravante par rapport aux galgos. Fort peu connus du grand public, les podencos ont encore moins de chances que les galgos d’être sortis in extremis des pererras. Leur sort est de mourir dans des conditions inacceptables après avoir subi un martyr. D’où l’importance de la sensibilisation du public aux caractéristiques de cette race méconnue en Europe, aux conditions de leur vie et de leur mise à mort en Espagne et à l’énorme potentiel de cette race comme chien de compagnie.

Ce magnifique athlète par ailleurs très intelligent est apte à différents sports canins qui ont l’avantage de le faire courir. Il répugne cependant à apprendre à s’asseoir ou à se coucher s’il ne dispose pas d’un coussin épais ou d’un panier bien rembourré. Ce n’est pas de la mauvaise volonté : un sol dur est fort inconfortable pour un chien aussi mince. Sa très faible masse graisseuse explique aussi qu’il s’accommode très bien d’un manteau chaud pour l’hiver.

Le lévrier des Baléares est un chien très robuste malgré sa finesse. Son espérance de vie est de l’ordre de 12 à 15 ans. Il n’a pas de problèmes de santé particuliers mais exige des précautions en cas d’anesthésie et de traitement antipuces. Il est en effet hypersensible aux barbituriques (Rompen, Halothane) qui l’exposent à un risque mortel. Il est aussi hypersensible aux produits antipuces comprenant de la pyréthrine (choisir la formule qui en contient le moins). La prudence (surveillance) est recommandée en cas d’administration d’acepromazine (calmivet).

En résumé :

Le Podenco est un chien au physique et au caractère peu banals. Un physique surprenant. On adore ou on déteste mais il ne laisse pas indifférent. Les enfants le prennent souvent pour une biche, voire une chèvre. Quoiqu’il en soit, ce clown qui fait si bien passer ses sentiments dans son regard vous comblera et vous le lui rendrez bien.

 

IMG_3766